Tu veux que je te raconte mon accouchement??
(Dis oui dis oui!!)
Je sais pas pourquoi, mais nous les nouvelles mamans, on a toujours envie de raconter notre accouchement.
Pour les plus soft elles diront que c’était magique et d’autres une vraie boucherie!!!
Moi, c’était ni l’un ni l’autre, enfin quoique…

Il était une fois, mon accouchement…
 
Lundi 7 janvier 2013, 8h. Je me réveille, c’est pourtant pas l’heure, normalement c’est plus vers les 11h!
10h, début des contractions, j’en avais déjà depuis septembre mais celles-ci me chatouillent les reins…
Ça dure toute la journée mais rien n’est régulier, c’est ma super appli d’iPhone qui me le dit!!
Mr papa rentre du boulot vers 17h, mon père est venu nous rendre visite quelques jours mais dans le doute je lui demande de rester dormir à la maison pendant que mr papa va à sa séance de foot hebdomadaire. Oui oui l’ingrat m’a laissé agoniser pendant qu’il courait après la baballe!!
23h, retour de mr papa et les contractions se font plus intenses et douloureuses! Je lui dit que « bébé » (oui prénom secret et on avait du mal à le nommer tant qu’on avait pas vu sa bouille!) est peut être pressé de nous voir ce à quoi il me répond qu' »il faut savoir si c’est ce soir parce que demain [mr papa] bosse! » *envie de meurtre* 
Heureusement, ma super copine était insomniaque et ses textos m’ont aidé à gérer le temps et la douleur.
Mardi 8 janvier 2013, à 4h, après des heures de contractions toutes plus douloureuses que les autres, des séances de petits sauts au pied du lit, je réveille mr papa pour aller à la maternité. JAMAIS Ô GRAND JAMAIS il n’est s’est préparé aussi vite! J’avais pas encore quitté mon pyjama qu’il avait déjà mis les valises dans la voiture! Quel superhomme…
Dans la voiture, les contractions sont espacées de 5 minutes. Le trajet me laisse juste le temps d’en avoir 3 que j’appréhende avec l’horloge.
4h33 arrivée à la maternité où la garde me demande pourquoi je viens… Tu sais ce moment ou t’as envie de fracasser ton interlocuteur?!
Examen rapide, je suis dilatée à 3. QUOI??? Seulement 3 et ça fait 20h que je douille comme ça?!
La sage-femme me demande si je veux une péridurale!? Une? Non! J’en voudrais une dans le bas du dos et une dans la nuque pour être sûre de ne rien sentir!
Il est 5h, Paris s’éveille… Enfin j’en sais rien parce que depuis ma salle de naissance, je ne vois ni la nuit ni le jour et après avoir vomi sur la sage-femme qui me mettait le cathéter, l’anesthésiste arrive, cet être ô combien désagréable, hautain et froid. Et toutes façons j’étais pas à Paris ce jour-là!
Comme une petite fille turbulente, je me fais disputer parce que je bouge pendant la contraction… C’est certain il n’en a jamais eu! Il m’explique ce qui va se passer et je me fais encore gronder parce que je me tourne pour regarder l’aiguille, moi la phobique des aiguilles et prises de sang!
Elle est pas aussi grande qu’on veut nous faire croire… Bref, il me pique une première fois et ça fait mal!! Puis vient le tour de la péridurale elle même et franchement, j’ai rien senti, rien!!
Les filles, là encore on nous ment, ça fait pas mal!!
Mais comme je suis sympa et que c’est bientôt l’heure de la relève, je fais une belle chute de tension pour qu’on reste auprès de moi 😀
Pendant ce temps, l’homme a attendu 45 minutes derrière la porte se demandant si j’étais toujours vivante et surtout son fils!!
Peut être espérait il que tout était déjà joué, genre j’ai sifflé la cigogne et voilà un beau bébé… D’ailleurs j’avais vu des cigognes quelques semaines avant le jour J sur le bord de la route, je savais que quelques chose se tramait…
Me voici donc avec une péridurale. On m’avait dit que c’était le meilleur joint de la terre. N’ayant jamais goûté de joint (han elle est trop has been!), j’avais peu de point de comparaison mais je m’attendais encore à mieux en matière de soulagement… Dommage! On recommencera un jour… Ou pas!!
Après moults passages de mr sa sainteté l’anesthésiste (avec ses chaussures à la main, histoire d’être au top niveau hygiène!), de sage-femmes dont des inconnus, voici qu’à quelques minutes de la relève un jeune homme s’approche. Ni une ni deux, il met un gant et me dit qu’il va vérifier le col. Euh comment dire, on se présente normalement avant d’enfouir ses doigts inconnus là bas dedans!!! Surtout quand on a l’air d’avoir 14 ans! Je cherche mr papa des yeux pour voir ce qu’il en pense et s’il va ou non sauter au cou de ce jeune inconnu mais non, il s’entraîne encore à écrire le prénom de son fils sur mon magazine Famili fraîchement débarqué dans la boîte aux lettres ce matin. Bah oui on veut garder un joli bracelet de naissance et l’écriture de mr papa laisse à désirer! Finalement, l’auxiliaire le fera pour lui…
7h30, mon col n’a pas bougé depuis plusieurs heures, il est toujours à 5. On me menace de césarienne si rien n’évolue. Ma pire angoisse, enfin celle que je croyais être la pire, continue à lire un peu…
8h (oui oui ils les ont fourré leurs sales doigts là dedans…) mon col a enfin bougé, on est à 8! Presque le bout…
A partir de cet instant, la péri décide de ne plus agir et la clinique ne propose pas de pompe, je les ai maudit un bon moment!
A 10h la sage-femme revient m’examiner et ohhhh alléluia entre deux crises de larmes je l’entends me dire qu’on est a 10 et que je peux commencer à pousser. Mais devant mes larmes et ma douleur elle me remet une dose dans la péridurale. L’ERREUR!
20mn de poussées sans effet, sans sensations.
10h20, le gynécologue arrive, je sais que rien ne va. Mon bébé à le cœur qui ralenti et vit mal mes poussées fantômes. Sans savoir ce qui se trame réellement « en bas » (j’ai laissé ma dignité et ma pudeur à la maison!), on m’explique qu’on va prendre la ventouse. Je comprends aussitôt « épisiotomie » et « tête de rugby pour ptitchat ».
Là, commence une pêche au requin incroyable. La sortie à la ventouse avec un bébé qui ne coopère pas est d’une violence inouïe! Entre deux vomitos sur le gynéco, mon homme me parle et me soutient et bien sur j’ai juste envie de l’envoyer bouler… Mais il savait, je l’avais prévenu!  À bout de forces, je me rallonge et je leur dis que je laisse tomber, ils n’ont qu’à m’ouvrir, vois-tu mon désespoir??!?!
Mr papa est au taquet et m’encourage comme s’il avait fait ça toute sa vie!
« 10h50« . A ce moment précis je pense juste « qu’est ce que j’en ai à foutre de l’heure qu’il est morue, sors moi ce gamin de là! » Et en effet, il sortait… Mon fils était né…
Mais l’horreur ne s’arrête pas là. Il ne cesse de sortir, je n’ai jamais vu un bébé aussi long, bon en même temps j’en ai pas vu beaucoup de ce point de mire… Et qu’est ce qu’il est moche!
Il ne pleure pas, il est bleu car j’ai su après qu’il avait le cordon autour du cou, mr papa n’a pas pu couper le cordon car il y avait urgence, on me le met 2 secondes sur le ventre pour l’essuyer puis on me le reprend. Par chance, la couveuse est à côté de moi, pour compenser mr papa lui donne l’oxygène sous son (parfait) petit nez. Dans les instants qui suivent, mon fils devient rose et aussi vite très beau! Une nouvelle fois, je vois un mr papa les larmes aux yeux (la première fois était ).
Une trentaine de minutes plus tard, je le prends contre moi dans son adorable pyjama rouge et vert. Il est rose à souhait, joufflu et éveillé comme pas deux.
Ne te réjouis pas, l’aventure n’est pas terminée…
Qui dit ventouse, dit épisiotomie! Youhou!!
Voici revenir mr le gygy et sa trousse de couture. Mais avant ça, il a appuyé comme un barbare sur mon ventre pour sortir le placenta car « le liquide amniotique est coloré, il y a risque d’infection » (pour maman et bébé d’où batterie de tests pour lui).
Heureusement que mes jambes étaient encore endormies par l’anesthésie sinon il prenait mon pied dans les dents…
Pendant qu’on me recoud comme un vulgaire pantalon troué, on prodigue les premiers soins à ma progéniture. La merveille pèse 3,650kg avec 14 jours d’avance (dieu merci!!) et mesure 52,5cm, un record pour ma part!!
(Mon amouuuuuur de ptitchat )
A partir de ce moment, la plus belle des aventures a commencé pour nous et jamais je n’ai été plus heureuse (malgré les vomitos, les piquouses, les malaises, la couture etc etc, on oublie vite quand même…).
Sincèrement, je te félicite d’avoir lu TOUUUUT ça, ça m’a replongé dans mes souvenirs de te raconter la naissance de mon ptitchat…
Publicités