Back from hell maternity!
Comme pour beaucoup de jeunes mamans, 5 jours après la naissance de notre bébé, lui et moi sommes rentrés à la maison.C’est là que nous avons commencé à prendre nos marques. J’avais hâte de lui montrer son chez lui, lui présenter nos chats et ma seule peur c’était d’oublier de le nourrir. J’ai décidé de l’allaiter et comme il ne réclamait pas, je n’y pensais pas jusqu’à ce que la nature et mon bonnet ultra généreux me le rappellent via un énième débordement de lait…

Heureusement ptitchat était bien réglé et la tétée c’était toutes les 3h, sauf la nuit ou monsieur mon fils (ma bataille) dormait entre 6 et 7h d’affilé. Enfin, ce que j’ignorais c’est que ça ne durerait pas!
Quoiqu’il en soit, passés les premiers jours d’angoisse, tout rentrait dans l’ordre.

Au 8ème jour de Ptitchat, la charmante sage-femme du conseil général venait nous rendre visite, s’assurant ainsi que tout roulait. Enfin presque…
Outre des atroces douleurs d’épisiotomie que je ressentais, c’est elle qui a vu que Ptitchat n’arrivait pas à téter convenablement car il avait un frein de langue.

Kezako?! Un frein de langue, c’est le tissu qui se trouve sous la langue et qui la « retient ». Eh bien parfois, celui ci est trop court et gêne à la tétée ou plus tard au langage et invite souvent un maudit zozotement, qui peut toutefois s’avérer charmant chez certains.

Donc voilà, après avoir été tourné et retourné par la moitié des sage-femmes et auxiliaires puer de la clinique, dont une sentait fortement la cigarette, personne, ni même le pédiatre le jour du départ, n’a été foutu de voir cette gène. C’est pourtant pas faute d’avoir laissé un paquet de nanas tripoter mes nichons dans sa bouche en cherchant vainement pourquoi le bébé ne prenait pas le sein dans sa bouche correctement.

Diagnostique posé, il fallait désormais trouver un médecin qui le lui couperait.
Après une multitude d’appels à la pmi, le pédiatre, le médecin généraliste, et ainsi de suite, il se trouve que plus personne ne le fait… Sauf… un orl qui accepte de le faire si l’enfant est gêné pour manger. Et c’est le cas malgré sa bonne prise de poids.
Ni une ni deux, nous voici avec un rendez-vous. J’arrive avec mon bébé sous le bras (enfin dans le cosy!) et voilà que le docteur d’un autre temps, installe mon fils à même sa table en fer. Où est passé le matelas?! On se croirait dans Dexter! Il me demande de lui tenir les mains pendant que son assistante lui tient la tête. Il chope un scalpel, attends qu’il soit moins chaud (stérilisation!) et tac, il coupe dans le vif!!!

Quel choc! Ptitchat se met à pleurer (5 secondes ok) et maman ne s’en remet pas. C’était tellement rapide et facile. Pourquoi ça n’a pas été fait à la maternité, pourquoi personne ne s’en est aperçu?
A ce moment là, j’avais besoin d’être guidée, d’être soutenue et je remercie encore ma sage-femme d’avoir fait hurler mon bonhomme en mettant ses mains trop froides sur son ventre.

17 mois plus tard, ptitchat n’a plus aucune gène mais on voit que le frein de langue retient toujours un peu la langue. Bientôt nous irons consulter à nouveau car il y a des risques de récidives mais là, la démarche n’est pas la même : on opère pour greffer un lambeau de peau là où il en manque.

On n’a pas hâte d’en être là et pour tout te dire on espère même qu’on pourra y échapper!

Et toi, tu as eu des petites mésaventures de ce genre? 

Publicités