Septembre, c’est la rentrée, pour les petits, que ce soit à la crèche, à l’école, chez la nounou ou ailleurs, c’est maintenant la rentrée!

image

Et c’est aussi la mienne! Maman va de faire une double rentrée, pendant que Ptitchat et mr papa resteront à la maison!!
Pour que tu saches un peu qui je suis, si tu ne le sais pas, je vais te raconter mon parcours professionnel un tantinet chaotique!

Il y a presque 10 ans, je quittais les bancs de la fac à la suite d’échecs à répétition et j’entrais dans la vie active en bossant au McDo. Ça a duré 3 ans quand même.
Ensuite j’ai été embauchée en tant qu’employée de vie scolaire avec un petit garçon en situation de handicap que j’ai suivi pendant presque 2 ans dans sa classe. En parallèle, je passais mon cap petite enfance par correspondance, que j’ai eu avec une très belle note. Oui, j’en suis fière! Tout le monde n’a pas un 16 en crêpes (ah les joies des épreuves pratiques!)…
Puis après quelques mois désastreux à enchaîner les courtes missions toutes plus désagréables les unes que les autres, j’ai été contactée pour entrer dans le monde du travail des grands avec un poste de secrétaire dans une très grande organisation internationale.
Ç´a été la révélation! J’ai compris que cet univers et ce boulot me plaisait beaucoup. Mais ce n’était qu’un cdd de 2 mois qui en a duré 6, puis il a fallu trouver autre chose.

J’ai alors trouvé un cdi en micro-crèche avec des petits bouts. Une super aventure et de magnifiques rencontres mais un trop gros budget pour aller bosser qui me bouffait mon salaire. Alors au bout de 7 mois et des bananes, on a mis fin à cette collaboration.
Puis de projets de création d’entreprise non aboutis en nouveaux cdd, j’ai finalement atterri dans une voiture jaune de facteur pendant presqu’un an!

Puis Ptitchat est arrivé et je suis restée avec lui jusqu’à ce que la belle organisation qui m’avait employée 3 ans auparavant me rappelle. Avec un salaire mirobolant, j’ai accepté avec plaisir. J’y ai retrouvé les copines d’antan et je m’en suis faite de nouvelles que j’aime beaucoup et avec qui je garde de bons contacts. Ça n’a duré que 2 mois le temps que la dame se « répare ».

Et de nouveau sans emploi, j’ai tenté une demande de formation, laquelle n’était pas pour moi ce qui m’a valu une déception et une remise en question.
Devant l’urgence de la recherche de travail, j’ai re toqué chez les facteurs qui m’ont repris pour 4 mois.
Ensuite, une nouvelle demande de formation, autre celle-ci, qui m’avait été promise par le formateur lui-même. Mais je suis « arrivée » (ne me demande pas comment ils choisissent!) 8eme/7 et j’ai attendu un bon mois que quelqu’un se désiste, en vain!

La fin de l’allocation chômage se faisait sentir, j’ai donc encaissé cette grosse déception puis ai refait une tournée de cv un peu partout!
J’ai décroché des rendez-vous, lesquels se sont tous soldés par une proposition de poste!
J’ai réussi à intégrer 2 mairies qui me proposaient 6 contrats différents pour ne pas arriver à un temps plein… Mais pas le choix, j’ai accepté!

J’ai donc signé mon premier contrat, en aout, pour faire les Temps d’Activités  Périscolaires dans une école primaire. Puis j’ai attendu que ceux des cantines, autres TAP, aide aux devoirs, garderie, centre de loisirs arrivent…

Pendant ce temps, une amie (et non des moindres!) m’a parlé de son boulot et du fait qu’une de ses collègues s’en allait et qu’ils cherchaient quelqu’un…pour un cdi!
Je lui ai demandé plus d’infos, ai sondé mon entourage pour avoir leurs avis puis ai envoyé un cv. Sans grande conviction… Ladite entreprise était en vacances jusqu’à mi-août donc l’espoir s’est vite réduit pour moi qui ne voulait pas quitter les écoles en cours d’année.
Et finalement, j’ai eu un entretien d’embauche qui a été génial! Une super ambiance, un super job, des super produits!

Je m’explique : il s’agit d’un poste d’assistante commerciale en cdi (cdd pendant 1 mois) à 38h hebdos, 4 semaines de rtt (oui on parle déjà de vacances avant d’avoir attaqué!) en plus des 5 de congés bien sur, pas besoin de se battre avec les collègues pour avoir tel ou tel date puisque les bureaux ferment 15j à noel et en août! Parmi les avantages il y a les tickets restos, la mutuelle et surtout, mon kiffe, tester les produits à la maison!
Mais quels produits tu te demandes?! La boîte vend des jeux éducatifs aux crèches et écoles primaires! On a le droit (peut être même le devoir d’après les dires de la chef!) de rapporter les jeux à la maison pour tester avec nos enfants! Tu imagines? A nous les puzzles Janod, Gouba, les livres Fleurus, les maisons de poupées (bon mr papa va pas être content mais il s’y fera, Ptitchat n’est pas qu’un garçon, il est un enfant bébé!), les trottinettes et tous les autres jeux! Les bureaux regorgent de chaque échantillon du catalogue, soit plus de 550 pages!!! Do you imagiiiine?! Oui ça me rend complètement gaga!

Oui mais c’est qu’un entretien me diras-tu! Et puis j’ai déjà un boulot…
Oui je sais mais…
La chef m’a rappelée pour me proposer le boulot! Youhou!!!!

Alors sincèrement, la question s’est vraiment posée (avant l’entretien!) de savoir si je démissionnais des mairies ou pas.
Et les réponses sont sans équivoques :
– un cdi en 2014, ça ne court pas les rues!
– un temps plein, non plus!
– un poste qui te plait par dessus, encore moins!
– j’aurai d’autres arguments mais ils sont à double tranchant…
Le bémol, car il y en a un, c’est que l’entreprise, dont le siège social est en Moselle, a licencié économiquement 4 personnes et doit proposer ce poste à 2 d’entre elles aujourd’hui et elles doivent donner une réponse sous 15 jours. Selon les chefs, il y a moins de 5% pour qu’elles acceptent de venir a 540km de chez elles en si peu de temps et avec des relations entre collègues bien mauvaises (pétition pour licenciement etc)… Mais le doute est là quand même!

J’ai donc accepté le poste avec une joie non dissimulée (comprendre une ola et des sauts de kangourou sous ecsta!)

J’ai alors prévenu une première personne d’une mairie, là ou je n’avais rien signé depuis 1 mois!) que j’avais trouvé un cdi à temps plein. J’imaginais bien qu’elle n’allait pas se réjouir pour moi mais je ne me doutais pas qu’elle serait aussi désagréable! Je comprends bien qu’à 4 jours de la rentrée je l’arrange pas mais je lui ai proposé de faire la 1ère semaine quand même le temps qu’elle trouve quelqu’un d’autre. A ce jour, veille de rentrée, j’attends toujours qu’elle me réponde si oui ou non elle veut que je vienne; en fait non je n’attends plus, devant autant de « hautainerie » (j’aime bien inventer des mots quand les vrais ne viennent pas…), elle n’a qu’à se débrouiller! Si elle n’est pas capable de répondre après des appels, des messages et des mails, c’est qu’elle peut s’en sortir sans moi. Après tout, je travaille pour l’avenir de ma famille, pas pour faire plaisir, la philanthropie, très peu pour moi!

Et ce matin, je suis allée démissionner de mon autre poste (5h/semaine) pour lequel j’avais déjà signé. Là bas, ils ont été super compréhensifs et m’arrangent même sur mon préavis pour que je commence au plutôt mon nouveau boulot!
En revanche, je prends quand même mes fonctions demain à l’école avec les 55 gamins prévus, et ce, pendant 2 semaines.

Démissionner la veille de commencer, je n’avais jamais fait ça encore, mais maintenant, j’espère que je n’aurai plus à démissionner…

Un cdi c’est de nouveaux espoirs pour concrétiser nos projets, c’est imaginer notre futur appart pour un ptit frère à Ptitchat, c’est, même mieux, imaginer notre futur achat de maison avec jardin et chien (c’est le package!), c’est imaginer notre mariage, c’est imaginer (mais de très loin) notre ptitroiz, c’est aussi envisager nos vacances au portugal l’été prochain pour présenter Ptitchat à la famille de mr papa, c’est rêver à une semaine au ski chez ma copine tatie W. Enfin un cdi c’est juste un rêve inespéré qui nous arrive tout droit venu du ciel!

Voilà donc ma nouvelle vie, tout change, je passe d’un quasi non stop avec mon fils de presque 20 mois à plus grand chose. Je ne cache pas que ça me fait peur et que j’appréhende sa réaction. Je suis toujours anxieuse de louper les étapes de sa vie en étant « ailleurs » ou que ce soit, mais nous n’avons pas le choix, notre situation ne nous permet pas de ne vivre que sur un seul salaire et je n’en ai pas non plus l’envie. J’ai besoin de m’épanouir au travail, de vivre aussi pour moi et dans un monde d’adultes qui ont plus de 25 mots de vocabulaire, de pouvoir aller faire pipi toute seule, oui ça c’est important aussi!! Tout ça, quitte à sacrifier quelques nuits ou Ptitchat réclamera (et réclame déjà) des câlins de sa maman, ou juste de dormir sur elle… Oui je suis faible et je cède, ca dure moins longtemps que de le laisser pleurer!

Voilà, tu sais tout sur ma nouvelle vie pro…

A ma place, qu’aurai-tu fait? Non pas que ça me fasse changer d’avis mais pour savoir si je suis complètement folle d’avoir tant de rêves…

Publicités