Tout est dans le titre!

J’ai beaucoup vu sur des blogs et autres sites qu’on parlait de « terrible two » et je me demandais ce que c’était. J’ai alors fait quelques recherches sur le sujet et je me suis rendue compte de ce qu’était la « terrible two« ! C’est MON FILS!!!

Le terrible two c’est assimilé à l’adolescence mais pour les enfants d’environ 2 ans. Et à presque 21 mois, Ptitchat nous donne un avant-goût de l’adolescence, en pire peut-être parce qu’il a l’excuse de ne pas pouvoir communiquer suffisamment pour s’exprimer. Le « terrible two » est en fait la période où l’enfant s’affirme, exprime ses refus, ses désirs et son caractère par la même occasion. Et c’est pas évident pour les parents, et les grand-parents et presque tous ceux qui le côtoient, sauf bien sûr, ceux qui se voilent la face hein Mémé?! En gros, c’est le moment où il faut tenir bon, poser des limites et prendre sur soi, ne pas claquer ton gosse, inspirer-expirer autant que possible et ne pas entretenir de rancune envers son enfant, même si c’est vraiment pas toujours facile.

keep-calm-it-s-the-terrible-two-s

Chez nous, ça se passe comment : Avec un enfant qui passe son temps à dire « non » mais ça, c’est pas super nouveau; avec un enfant qui commence à nous taper comme ça, sans raison (et je sais, il n’y a pas de raison pour accepter qu’il  nous tape et on ne l’accepte pas d’ailleurs!) ; avec un enfant qui n’accepte plus de manger ses repas et qu’on doit le faire jouer pour lui rentrer une cuillère dans la bouche ; avec un enfant qui nous répond (dans son bargouinage) à tout ce qu’on lui dit. J’entends une voix qui me dit que c’est juste de la communication……
Je ne suis vraiment pas aidée avec ce côté maman qui excuse tout et ce côté femme « normale » qui dit que c’est vraiment un monstre! Aussi avec un enfant qui commence à essayer de taper les chats, qui eux, disent rien en retour! Avec un enfant qui jette tout par terre, lance ses jouets, ses doudous et sucette comme ça ; avec un enfant qui se jette par terre dans la rue, les magasins, les escaliers, le salon et n’importe où d’autre quand il n’a pas envie d’avancer comme on le lui demande où que la destination ne lui convient pas ; avec un enfant qui fait le contraire de ce qu’on lui demande « non, ne mets pas tes mains dans la rigole d’évacuation d’eau…………… Viens, on va te sécher et changer la veste!!! » ; avec un enfant qui nous regarde du coin de l’œil quand il trifougne les croquettes ou la litière des chats ; avec un enfant qui nous regarde droit dans les yeux en nous disant « non non » avant de faire la bêtise (n’importe laquelle, ça marche pour tout!!) et j’en passe et des meilleures!!
Tu noteras que je n’ai parlé que d’enfant et non pas de bébé!

En résumé, nous vivons avec un petit enfant démoniaque en ce moment qui n’accepte pas les limites et les règles qu’on lui pose, qui décide de n’en faire qu’à sa tête, qui pousse nos nerfs tout au bout du bout, même la nuit quand il appelle « maman – doudou » parce qu’il a juste perdu sa sucette et qu’elle n’est plus assez phosphorescente pour la voir à côté de sa tête.  Cet enfant, qui est le notre, la chair de notre chair, qu’on aime plus que tout au monde et qui pourtant, en ce moment, nous sort par les yeux un peu trop souvent.

Heureusement, nous avons des moments agréables avec notre « terrible two » avec nos câlins du soir, nos moments de tendresse, de jeux, de rigolades, avec aussi les petites sorties qu’on fait ensemble etc mais parfois, comme c’est le cas pour beaucoup, on broie du noir en se disant qu’il n’y a que du négatif et même si on sait qu’on ne sera jamais capable de lui faire du mal d’une manière ou d’une autre, il y a parfois des moments où la main nous démange un peu pour une petite fessée sur la couche. Et si des fois, la tape sur la main part en réponse à celle qu’on s’est pris dans les 15 secondes précédentes, on sait pourtant que ça n’est pas la solution et on s’en veut, on reprend du début, à hauteur d’enfant pour parler, expliquer mais voilà, c’est trop tard : on a tapé la main pour dire « on ne tape pas »…….

Ces moments difficiles qui nous poussent à ce qu’on s’était dit qu’on ne ferait pas et qui nous rappellent que nous ne sommes que des parents face au désarroi de leur « terrible two« …

 

Toutes les solutions, aides, conseils sont les bienvenus ci-dessous!!!!!

Publicités