Un petit billet à coeur ouvert, vite fait, sur le coup de la colère, de la blessure…

Ce midi, nous sommes allés manger tous les 3 à Quick.

Ptitchat a « mangé » (n’exagérons rien non plus) puis ensuite il a voulu aller dans les jeux. Il n’est pas très courageux, il a vite peur de la foule et des autres enfants, surtout les garçons.

Après un bon moment avec son papa à l’écouter le rassurer, il a décidé de monter dans la structure comme un grand. Je suis restée à côté « au cas ou », et j’ai bien fait!

Mon chaton a essayé de monter les étages en escaladant mais à pas encore 3 ans, c’était bien difficile avec tous les autres enfants qui jouaient eux aussi.

Certains attendaient qu’il monte, d’autres passaient à côté, une petite fille a même essayé de l’aider. En tout, ça a dû prendre maximum 1 minute.

Puis une espèce de brute est arrivée, un gamin de 5 ans à tout casser. Il est arrivé, a poussé tous les autres dont Ptitchat, qui est tombé à l’étage du dessous. Il ne s’est pas fait mal, il a juste pris peur et a voulu revenir vers moi.

Mais cette espèce de sale merdeux (et encore j’écris pas vraiment ce que je pense), s’est mis debout à côté de mon Ptitchat assis et s’est mis à le rouer de coups de pieds, comme ça, gratuitement.

J’ai bondi, je n’étais qu’à 2 mètres mais j’ai hurlé. J’ai attrapé mon fils par le bras, je l’ai tiré à moi, j’ai incendié le merdeux. J’ai cherché un parent mais bien sûr, tous avaient les yeux rivés sur leurs frites ou leur smartphone.

J’ai empoigné les baskets et la veste de mon chaton et nous sommes partis. J’étais hystérique. Lui pleurait, criait, de peur plus que de mal, il est hypersensible. Moi je hurlais à qui voulait l’entendre que chaque enfant est sous la responsabilité des adultes et que c’est pas normal que mon fils, ou d’autres se fassent tabasser alors qu’ils sont là pour jouer tranquillement.

Je sais que je suis, moi aussi, extra hypra supra sensible mais c’est comme ça, quand on touche à mon fils, je suis un dragon, je crache du feu et peut être violente avec n’importe qui, quel que soit son âge, sa condition, du moment que l’acte est intentionnel.

J’ai pleuré la moitié de l’après-midi, je revois cette vermine assener les coups de pieds à mon tout-petit, qui lui, comme d’habitude ne dit rien. C’est un gentil. Un vrai gentil. Même les nanas de la crèche (les anciennes comme les nouvelles) sont surprises de voir ce petit mec qui ne se bat pas, qui n’est pas violent, ni bruyant là où beaucoup le sont.

Bref, ce soir, pour essayer de sortir ces images et ces sentiments de ma tête et de mes yeux qui piquent et de mon coeur qui brûle.

C’est tout, vous pouvez reprendre une activité normale et moi comater devant ma télé pour penser à autre chose…

Publicités