Il y a deux ans tout juste, mon Ptitchat faisait son entrée à la crèche municipale.

Une adaptation mal faite, mal présentée, mal supportée (tant par lui que par moi), bâclée… Il avait 11 mois. Je travaillais depuis ses 4 mois mais ma mère le gardait tous les jours de la semaine, il était donc habitué à être séparé de moi et pourtant…

Les premiers jours avaient été difficiles, je le laissais à la crèche alors qu’il pleurait, hurlait. Je partais mais je l’entendais encore à 50 mètres de la structure. Je restais sur le trottoir à attendre qu’il se calme, le ventre noué, les larmes roulant sur mes joues et le coeur en miette. ça a duré presque 2 mois! Chaque fois qu’il allait à la crèche, c’est moi qui le déposait en début d’aprem après mon boulot, c’était un déchirement… Il y allait 2 à 3 demies-journées par semaine, juste pour dire de voir d’autres enfants et d’être à peu près sociable, pas comme ses parents…

Puis l’année suivante, ce sont mes parents qui le déposaient chacun leur tour et c’était, parait-il, le drame à chaque fois : il hurlait, s’accrochait à eux etc. Alors on a changé les horaires, c’était plus simple, ou du moins, moins compliqué le matin. Il allait alors à la crèche pour faire des activités (en théorie puisqu’il n’a jamais fait grand chose avec l’ancienne équipe!) et il en repartait avant le repas de midi, toujours avec mes parents.

Avec cette organisation, ça allait un peu mieux mais sans plus. Il n’y allait jamais de gaîté de coeur mais il ne pleurait plus trop. Puis en avril 2015, un copain l’a poussé par terre, il a déchiré son pantalon et s’est fait un bobo au genou. Depuis, the end! Impossible de le déposer sans pleurer ou sans faire la tête. Impossible de faire le chemin en voiture sans qu’il frôle la crise d’angoisse. On leur en a parlé mais elles ne comprenaient pas grand-chose et ne faisaient pas le moindre effort. On est resté sur 2 matinées par semaines, sans grande conviction.

En septembre, l’équipe a entièrement changé. ç’a été bénéfique pour tous! Les horaires ont changé, je peux désormais le déposer les 2 matinées en question et même s’il n’y va toujours pas avec envie, il est clair qu’on s’occupe de lui individuellement, qu’on lui parle directement, doucement, sans hurler comme les anciennes poissonnières qui se sont trompées de boulot! J’en avais déjà parlé

Mais voilà, là ou d’autres enfants adorent aller à la crèche, retrouver leurs copains, leurs amoureux/ses, jouer avec tous ces jeux, eh bien le mien, 2 ans après, ne veut toujours pas y aller. Je le sens triste quand je le dépose le matin avant 8h et je suis certaine que ce n’est pas du cinéma. Il pleure quand je le réveille et que je lui dis qu’il faut aller à la crèche, il angoisse dans la voiture, traine des pieds, me regarde partir avec les yeux qui brillent et moi, je remonte dans ma voiture avec mon estomac noué et la boule dans la gorge.

J’ai toujours essayé de faire en sorte que ce soit la méga fête d’aller à la crèche. Je lui montre que je suis très fière des cadeaux qu’il me rapporte et qu’il m’offre avec fierté aussi! J’ai travaillé quelques temps en crèche et je fais tout ce que je peux pour le mettre en confiance depuis 2 ans mais rien n’y fait.

Dans 9 mois, il va aller à l’école et plus le temps passe et plus je m’inquiète de sa future adaptation. Je ne doute pas qu’il adore sa future maitresse (moi un peu moins!) mais j’ai peur pour lui, peur qu’il soit en souffrance, peur qu’on ne prenne pas en compte ses sentiments là bas, peur qu’il n’ai pas de copains, qu’il soit rejeté par sa timidité. En fait, j’ai peur qu’il soit comme moi à son âge, à hurler chaque matin sur le trottoir de l’école pour ne pas aller à l’école…

Bref, j’ai peur pour lui et je ne comprends toujours pas pourquoi, 2 ans après, il déteste toujours aller à la crèche…

Mais ce que je sais, c’est que mon coeur de maman a mal de le voir comme ça.

Publicités