Reprenons où nous nous étions arrêté… J’ai un peu l’impression de m’appeler Père Castor en ce moment 🙂

Nous sommes donc toujours le mercredi 27 avril 2016 et il est presque 22h :

L’anesthésiste arrive et ô miracle, il est sympathique et avenant. Il fait sortir Mr Papa et me pose la péri sans difficulté. C’est jamais agréable mais c’est pas non plus la mort et j’attends impatiemment son effet! Il a mon dossier, l’a lu et sait donc que pour Ptitchat la péri n’avait pas fonctionné correctement. Il me dit alors qu’on va pouvoir soulager la douleur mais tout de même garder les sensations que je n’avais pas eu la première fois. Voilà qui me convient mais c’est sans compter sur une chute de tension. Je descends à un petit 9 en tension ce qui l’empêche de m’injecter le produit pour me soulager. Il est obligé de me faire remonter la tension médicalement en injectant un autre produit. Commence donc une grande valse des injections dans le fameux cathéter…
Pendant la pose de la péri, je tensiomètre me met un coup de pression, il serre tellement que mon bras droit est complètement bleu! Pas un peu rouge ou violet ou marbré, non, bleu de chez bleu, une vraie schtroumpfette. Au début on me dit que c’est normal mais après on s’aperçoit qu’il y a un souci. Ils débranchent et me le remette et ça va déjà mieux.

L’anesthésiste me prévient que je vais ressentir une décharge électrique dans une des deux jambes au moment de la pose de la péri, ce dont je ne me souviens pas pour Ptitchat. Et en effet, c’est super violent, je ne m’attendais pas à une décharge de cet ordre là! Ma jambe droite se fait la malle toute seule et en partant, elle fait tomber le marche-pied qui est devant moi. Heureusement la sage-femme me tient bien les épaules sinon, je tombe de la table avec ma patte folle!

La tension remonte et 30min plus tard, il peut enfin me mettre une dose dans la péridurale en m’annonçant que les premiers effets seront dans 30 minutes. J’avais pas souvenir que c’était si long… Je contracte toujours férocement toutes les 2-3 minutes!

40 minutes plus tard, j’en peux déjà plus, le produit n’a pas encore fait effet. La sage-femme, qui court partout car elle a 3 accouchements en même temps,  revient et me dit que ça aurait déjà du me soulager. Elle voit avec l’anesthésiste et me remet une dose en me disant que dans 10 minutes ce sera bon. En attendant, je demande à Mr Papa de me mettre mes jolies chaussettes achetées exprès pour l’occasion. Il veut bien me tenir les cheveux tout juste brushés pendant que je vomis, assister à mon accouchement et constater les dégâts mais pas me toucher les pieds, c’est n’importe quoi!!

Processed with Rookie Cam
10 minutes plus tard : rien. Niet. Nada. Que dalle. Aucun effet sur mes putains de contractions. Je suis en train de labourer la main de Mr Papa!

Processed with Rookie Cam
On réitère l’opération à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’elle me dise THE phrase fatidique « je suis désolée, on est à dose maximale, je ne peux plus rien faire« ……. Chouette, je me suis donc tapée une bonne grosse piquouse dans le dos pour RIEN! Cette pétasse de péri, que je ne voulais pas depuis 9 mois, que j’ai choisi de prendre contre l’avis de ma petite voix, ne fonctionne pas sur moi!!!!!!! Mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça???!!! Pour vérifier, la sage-femme prend le brumisateur et me le colle sur le ventre, les jambes, les cuisses etc et le constat est simple : c’est gelé, ça ne marche définitivement pas. Au mieux, le périnée est un poil moins sensible mais vraiment léger!

Il est environ 23h, je douille ma race comme jamais. Je sens que je viens de rompre la poche des eaux, ça coule, c’est chaud et j’ai les miches dans la flotte! Je sonne pour… Je ne sais pas pourquoi en fait, mais je la sonne!! Une autre sage-femme (où je ne sais quoi) arrive, je lui dis tout ça et elle me répond avec un air de benête « bah oui ça coule, ça va couler jusqu’à la fin… » et repart. Bref, je reste le cul dans l’eau, elle n’est donc pas assez chaude pour prendre un bain mais tant pis, je n’ai pas le choix…
Plus ça va, plus j’ai mal, moins je gère les contractions. Je respire n’importe comment, je crie hurle!

La sage-femme revient et me propose un gaz. Je me dis chouette, ça va enlever la douleur et me faire rire!! Mais non, c’est juste pour « m’évader » entre les contractions (ce que j’apprendrai plus tard en lui disant que ça ne calme pas les douleurs et où elle me répondra que c’est pas fait pour…). Il faut croire que le tensiomètre s’est calé sur le mauvais timing exprès pour m’enquiquiner : il me compresse le bras en même temps que les contractions!
Entre chaque contraction, Mr Papa me tient le masque et je pars comme si je perdais connaissance ou m’endormais, je ne sais pas mais je ne suis pas là 1 minute sur 2. L’autre minute, je suis bien là et je morfle! Je respire le plus fort possible avec le ventre comme pour décoller mon utérus de la peau de mon ventre (je sais c’est bizarre). Avec mes jambes, je fais le papillon à chaque contraction. Je hais les papillons encore plus!!!!
J’essaie de respirer calmement le plus longtemps possible et Mr Papa me « prévient » quand la courbe est en haut. Il scrute le monito et dès que la descente de la courbe s’enclenche, ça va déjà mieux, c’est plus supportable.

Si on m’avait demandé d’évaluer la douleur, j’aurai pu dire 25/10! Enfin, si j’avais réussi à trouver encore un brin de sarcasme au fond de moi, ce qui est moins sûr…

giphy-2

Il est proche de minuit et…
Ah bah si c’est minuit, on s’en tient là, et on racontera la suite plus tard. Ouf, Babychat sera bientôt là mais mes aventures pas terminées pour autant! (En vrai, Babychat se réveille et l’atelier peinture de Ptitchat commence à frôler le hors piste…)

See you soon mes chatons!

Publicités