« C’est normal »

« ça passera »

« C’est pas grave »

Et les autres…

Ces phrases, j’en peux plus, je les entends à longueur de semaine, de rendez-vous, de rencontres, de tentatives de réconfort mais ça ne soulage pas, au contraire, ça m’agace…

« C’est normal »

Oui, Babychat a 2 mois. Elle a des coliques, c’est normal, JE SAIS PUTAIN! Je sais que c’est normal et que ça passera mais pour autant est-ce que me le rabâcher ça nous fera passer de meilleures soirées? Est-ce que ELLE, ça la soulagera? Est-ce que sous prétexte que c’est normal, il faut que je ferme ma gueule et que j’attende? Parce que ce serait bien mal me connaître que d’attendre ça de moi…

Babychat souffre. Pour moi, elle a un reflux, peut être pas extraordinaire mais il est là. Il la gêne, il la fait souffrir par crises, jamais à la même heure, jamais de la même façon, jamais quand on s’y attend. Elle souffre. Point. Là encore, c’est normal puisque c’est physiologique jusqu’à 3 mois. Mais en attendant, on fait rien? On la laisse se tordre de douleur? Vomir toute la journée? S’étouffer dans son vomi la nuit ou même au réveil? Je ne dis pas que c’est anormal, je dis juste qu’il est là et que je cherche des solutions pour la soulager.

Mon Ptitchat vit assez mal le partage de sa maman et de son papa avec cette petite fleur pas encore très intéressante. C’est normal, je sais et ça passera, ça aussi je le sais… Mais pour autant, ça me fend le coeur de le voir si malheureux, vraiment! Il est triste, il pleure pour tout et surtout pour rien, il pique des colères de plus en plus violentes, puis s’effondre dans nos bras, plein de remords. Clairement, il est malheureux. Je sais que ça passera, je sais que l’arrivée d’un bébé est une grosse étape et lui, il sait qu’on est là pour lui, son papa et sa maman, quoiqu’il arrive. Mais tout le monde voit qu’il n’est pas bien, tout le monde me le dit, comme si moi, sa mère, je ne l’avais pas vu avant, tout le monde a son avis sur la question et son petit « c’est normal, ça passera ».
Sauf ceux qui pensent mieux faire en le frustrant d’avantage.

Sauf cette connasse qui lui dit de faire un bisou à sa petite soeur et que mon Ptitchat, tout poli qu’il est, répond gentiment « non merci ça va, pas maintenant, elle dort et moi je joue, je lui ferai plus tard ». Et cette connasse qui lui répond « t’es méchant, t’es vraiment trop méchant ». Les larmes me piquent encore en l’écrivant, plusieurs semaines après les faits. Non sale conne, c’est pas mon fils le méchant, c’est toi! Lui est respectueux du sommeil de sa soeur, il vient pas l’emmerder à la porter et la trimballer juste pour dire de jouer à la poupée. Il sait la différence LUI, entre sa soeur et sa poupée en plastique!

giphy
Et celui qui se croit bien placé pour me dire que je ne sais pas dire non à mon fils et qu’ « une fessée n’a jamais tué personne », lui-même qui n’a jamais dit non à sa propre fille et mis une fessée en 30 ans. Qui est-il pour juger du malheur de mon fils et de notre mode d’éducation comme du laxisme? Non, nous ne sommes pas laxistes, nous laissons notre fils faire ses découvertes, ses expériences. Bien sûr parfois nous nous emportons et nous le regrettons mais dans ces moments-là, demande-t-on l’avis de quelqu’un? Non, absolument pas, ni avis, ni « ça passera »…

Le mal de tête, c’est pas grave, ça passera…

La saison des pluies, c’est pas grave, ça passera…

La faim, c’est pas grave, ça passera…

C’est pas grave, avec un cachet, un parapluie ou une pomme, ça passera… Vite, très vite…

Les douleurs de ma fille, le malheur de mon fils actuellement, ça passera, on le sait, mais en attendant, la pilule magique c’est pas de nous dire « c’est normal, ça passera, c’est pas grave ». Parce que SI, pour nous, c’est grave!

A bon entendeur…

Publicités