Il y a quelques temps, je vous parlais de mes petits pas sur le chemin du green, c’était

Je vous disais que petit à petit, j’essayais de changer ma manière de consommer, de voir les choses et cette envie de préserver la planète de mes enfants, de nos enfants.

Alors des petits pas, on en a fait pas mal, pas assez bien sûr mais on a essayé. Quand je dis « on », c’est « je » car l’homme ne se sent malheureusement pas vraiment concerné…

On est passé aux couches lavables, on a fait notre lessive nous-même, nos pastilles de lave-vaisselle, on s’est appliqué à trier nos déchets ; le papier dans la poubelle blanche dans la cuisine, le reste dans la noire, les aliments et épluchures dans le seau pour les poules de ma mère, les bouteilles plastiques et flacons vides dans le garage, etc…

Seulement voilà, c’est pas tous les jours facile et il faut l’avouer on ne trouve pas tous midi à sa porte pour toutes les démarches.

Si j’ai la chance de trouver mon compte dans la gestion des couches lavables pour Babychat, des lingettes lavables également, en revanche, j’ai des soucis sur d’autres points. Néanmoins, l’utilisation des couches lavables se fait sans pression car nous avons utilisé des jetables pendant les vacances du fait de l’absence de machine à laver la première semaine… Et toujours les jetables pour la nuit!

Donc malheureusement, au bout d’une demie année, j’ai pris la décision de faire 2 petits pas en arrière et de revenir à certains produits « chimiques » et donc polluants et notamment avec la lessive et les pastilles de lave-vaisselle.

Force est de constater que malgré plusieurs recettes de lessives différentes (lierre, savon de marseille, savon noir, détachant au fiel…), le résultat n’est pas au rendez-vous et je passe plus de temps et d’énergie à relaver X fois les vêtements des enfants pour essayer de les retrouver nets sans succès. Alors j’ai repris des pastilles de lessives en magasin et tant pis…

Dans ma cuisine aussi, j’ai plus rapidement abandonné la confection des pastilles pour le lave-vaisselle car le résultat était catastrophique et ma vaisselle ressortait soit sale soit couverte de calcaire et de dépôts. Et ça, c’est plutôt gênant quand tu cherches en vain un verre digne de ce nom ou que tu as du monde à manger… Donc, j’ai racheté des pastilles et ça aussi, c’est tant pis…

En revanche, comme je le disais plus haut, on continue à remplir notre seau pour les poules avec les restes alimentaires ou les épluchures pour le grand bonheur des poules de ma mère. Il y en a 25 à nourrir, je ne culpabilise pas à jeter les assiettes que Ptitchat ne termine pas ou les fonds de casseroles de riz que j’ai mal dosées… En plus elles adorent et me le rendent bien en oeufs frais que ma fille adore! Le sketch sur les poules, c’est

On a aussi démarré quelque chose concernant les bouteilles en plastique. Mon père m’a appris que dans son magasin Leclerc il y avait une borne qui prend les bouteilles et flacons en plastiques en échange de bons d’achats à dépenser dans le magasin. C’est pas grand chose, je crois 1 centime pour les petites et 2 centimes pour les grandes et on se retrouve avec beaucoup de grosses bouteilles vue la consommation (excessive) de coca de Mr Papa. Au niveau financier, ça ne fait pas une grosse différence mais ça évite de prendre la place dans la poubelle jaune et l’idée de savoir que toutes les bouteilles soient regroupées au même endroit avec une « promesse » de recyclage me convient!

J’avais aussi songé à me fournir en fruits et légumes à l’Amap de ma commune mais mes beaux-parents ont un jardin relativement prometteur et en plus on ne consomme que les oeufs de chez ma mère alors je ne sais pas trop… ça demande réflexion!

Je sais qu’on ne peut pas être sur tous les fronts à la fois mais je reconnais que c’est assez décevant quand on y croit à fond.

Et vous, vous en êtes ou en matière de consommation responsable, écolo, bio, etc etc?

Publicités